Blog positron-libre articles

Réverbération acoustique

Publié le :

La réverbération acoustique est un ingrédient essentiel de presque toute la musique pop et rock.
Les musiciens utilisent le terme « réverbération » ou « réverbe » pour recouvrir une gamme d'effets basés sur le retard du son (appelé parfois écho). Par conséquent, l'étude du sens réel de ce terme peut prendre un certain temps. Vous trouverez ici des informations pour vous guider dans le labyrinthe de la réverbération acoustique.

Notions de base

Au sens strict, la « réverbération » fait référence à l'effet acoustique produit sur le son dans un espace clos. Lorsque nous entendons un musicien jouer dans un grand espace tel qu'une salle de concert ou une cathédrale, le son parvient à nos oreilles d'abord par le chemin le plus court possible directement de l'instrument. Puis, nous entendons le son réfléchi par les murs, le sol, les piliers et le plafond du bâtiment.
Ces sons réflechis nous parviennent avec un certain temps de retard (quelques dizaines à quelques centaines de millisecondes).

Il y a une bonne raison pour laquelle beaucoup de gens aiment chanter dans leur baignoire : la plupart des salles de bain sont recouvertes de carreaux réfléchissants qui produisent beaucoup plus de réverbération que dans toute autre pièce de la maison.
C'est aussi amusant que de crier au-dessus d'un puit, de siffler dans un passage souterrain ou d'exécuter des bruitages dans une buse en béton.

La plupart des chanteurs et instrumentistes trouvent que la réverbération améliore considérablement leur confiance en eux et même les chanteurs maladroits peuvent se flatter de « sonner bien » dans la salle de bain !
En fait, il y a toujours des sons réfléchis dans presque toutes les pièces.

Peut-on supprimer l'écho ou la réverbération ?

Dans certaines situations la réverbération est parfois génante, excessive (sonorité parasitée ou message brouillé) ou carrément indésirable.

Pour cela, il existe des « chambres anéchoïques » ; ce sont des pièces closes utilisées pour faire des mesures sonores très précises dans lesquelles les réflexions sonores ont été réduites à pratiquement zéro.

Ondes électromagnétiques

Pour les ondes électromagnétiques, les éléments absorbeurs ressemblent à des « pyramides » en mousse chargée de carbone ou ferrite.

A gauche, exemple d'une chambre anéchoïque dont les murs, le sol et le plafond sont recouverts d'éléments absorbeurs d'ondes.
A droite, éléments absorbeurs de chez de PIONER EMC LTD (www.emc-emi.com).

Ondes acoustiques

Pour les ondes acoustiques les éléments absorbeurs sont des dièdres qui peuvent être constitués de fibre de verre. Le placement organisé de ces éléments réalise un piège à ondes sonores.

Elément absorbeur d'ondes sonores avec des dièdres en fibre de verre

Eléments absorbeurs d'ondes sonores en fibre de verre.

Essayez donc de siffloter dans une cave voutée puis dans une pièce complètement revêtue de moquette, de tissu et de tapis…
Des expériences ont montré que la plupart des musiciens trouvent l'expérience de jouer dans une chambre anéchoïque très déconcertante et même déprimante.

Qu'est-ce que la réverbération

L'effet appelé réverbération se produit naturellement dans tout espace comportant des surfaces réfléchissantes. La longueur et le caractère du son de réverbération dépendent de nombreux facteurs : la taille et la forme de l'espace et les matériaux réfléchissants utilisés.

L'expression « réverbération cathédrale » est devenu synonyme de réverbération importante à décroissance lente et certaines cathédrales ont en effet un temps de réverbération de dix secondes ou plus. En d'autres termes, si vous vous tenez dans une cathédrale et faites un grand bruit, le son résultant résonnera à l'intérieur du bâtiment tout en devenant de plus en plus atténué pendant ce laps de temps appelé « temps de réverbération ».
Nous pouvons observer le même phénomène dans une grande salle de sport ou un gymnase.

Réflexions des ondes sonnores dans un local fermé
Réflexions des ondes sonnores dans un local fermé.

La réverbération naturelle est donc un phénomène extrêmement complexe. Il peut y avoir un petit nombre d'échos initiaux distincts, produits par des réflexions directes de surfaces spécifiques, mais après cela, il y a généralement tellement d'échos que de sons qui rebondissent entre différentes parties de la pièce, qu'il est impossible de les distinguer en tant que sons individuels. c'est comme si une boule de billard qui rebondi autour de la table de billard devait se scinder en plusieurs petites balles chaque fois qu'elle heurtait une bande.

Pour cette raison, la réverbération naturelle était impossible à émuler électroniquement à l'ère de l'analogique. Cela a conduit à une profusion de dispositifs de réverbération électro-mécaniques qui, bien que infructueux en termes absolus, ont tous des sons distinctifs qui ont trouvé leur place dans la palette sonore de la production pop. La technologie numérique a permis une imitation de plus en plus précise de la réverbération naturelle, mais cette technologie est également utilisée pour recréer les sons des appareils de réverbération classiques des années 50 et 60.

Dispositifs de réverbération classiques

Le son que beaucoup de musiciens, en particulier les guitaristes, considèrent comme une réverbération n'est en fait pas une réverbération naturelle produite dans une pièce ou une salle. C'est le son d'un dispositif de réverbération à « ressorts » ou à « plaques ».

Réverbération à ressorts

Unité de réverbération constitué d'un boitier métallique, de transducteurs électro-acoutiques et de ressorts
Réverbération à ressorts

Cet appareil a été conçu à partir d'amplificateurs de guitare des années 50 et est encore banal aujourd'hui. Une réverbération à ressort est un appareil simple avec un transducteur électrique à une extrémité, une tête de lecture à l'autre extrémité et un certain nombre de ressorts entre les deux. Le signal d'entrée est converti en une impulsion physique par le transducteur à une extrémité des ressorts - ceci produit un mouvement dans les ressorts qui est reconverti en un signal électrique par le capteur. L'élasticité des ressorts résulte en un motif complexe de mouvements qui persiste pendant un certain temps, ce qui donne un son proche de la réverbération naturelle. Cela peut être "réglé" dans une certaine mesure en faisant varier le nombre de ressorts et en utilisant des ressorts de tensions différentes. Le signal de l'unité de réverbération est ensuite mélangé au signal de guitare sèche, généralement au moyen d'une commande de mixage rotative.

La réverbération à ressort a tendance à accentuer les fréquences aiguës, bien que le résultat soit rarement dur. Les meilleures réverbes à ressort ont un son organique chaud particulièrement apprécié des guitaristes de blues. En outre, vous pouvez émettre ou frapper un ampli équipé d'une reverb à ressorts pour obtenir un son net et légèrement alarmant rappelant les effets de science-fiction vintage. Cet aspect n'a pas encore été reproduit numériquement!

Plaque

Ceci est très similaire à la reverb à ressorts, mais utilise une plaque métallique ou une "feuille" au lieu de ressorts. Le résultat est généralement plutôt lisse. Les unités de réverbération à plaque sont très volumineuses et ont été conçues pour une utilisation en studio. La réverbération à plaque est un effet éprouvé, en particulier sur les voix.

Chambre ou tunnel

Avant l'avènement du traitement numérique, les «chambres d'écho» représentaient le seul moyen d'ajouter tout type de réverbération «réelle». L'idée est de capturer la réverbération d'un espace physique réel en jouant et en capturant le son dans cet espace. Bien entendu, l'espace en question est peut-être tout simplement la salle de concert du studio et non une chambre de réverbération dédiée - la place légendaire du producteur britannique Joe Meek dans le folklore des studios est en partie liée à sa technique consistant à utiliser la salle de bains studio à cette fin.

Les chambres d'écho dédiées sont aujourd'hui la réserve ésotérique (et coûteuse) de quelques studios haut de gamme. Afin de rivaliser avec la qualité audio des processeurs numériques, ils doivent être très bien insonorisés. À cette fin, quelques complexes de studios construits à cet effet disposent de tunnels de réverbération souterrains spécialement conçus à cet effet.

Le fonctionnement de tout tunnel ou chambre de réverbération est simple: le son sec est émis par un haut-parleur et capté par un microphone placé à une certaine distance. La durée de réverb obtenue dépend de la taille de la chambre, des matériaux de construction et des revêtements, ainsi que de l'emplacement du haut-parleur et du microphone. Pour une flexibilité maximale, il est judicieux de capturer autant de son de réverbération «humide» (par opposition au son «sec» directement à partir du haut-parleur), car en fin de compte, la balance humide / sec peut être contrôlée dans le mixage.

Hall/Ambiance

Il est facile de passer sous silence le fait que beaucoup d'excellents enregistrements ont tout simplement été réalisés dans des lieux dotés d'une agréable réverbération naturelle, tels que des salles de concert et des églises. La philosophie derrière la plupart des enregistrements classiques consiste à capturer une image stéréo précise d'un ensemble, y compris le son de la salle. Lorsque la priorité est donnée à une image stéréo précise, on utilise généralement un simple agencement de deux ou trois microphones, qui capture en permanence toute réverbération en même temps que le son direct. L'approche opposée, pour une flexibilité de mixage maximale, implique plusieurs microphones proches capturant un son essentiellement sec. Pour ajouter de la réverbération, les microphones «ambiants» peuvent être placés à une certaine distance de l'ensemble (souvent éloignés) et enregistrés séparément.

Une salle de concert ou un espace d'enregistrement aux sonorités remarquables peut bien entendu être utilisée comme chambre de réverbération, comme dans le cas des cordes de «Eleanor Rigby» des Beatles, qui avaient à l'origine été assez sèches dans Abbey Road Studio Two. Quelque trente ans plus tard, lorsque Martin re-mixa le morceau, George Martin utilisa la plus grande salle de concert de Studio One pour ajouter de la réverbération.

Dispositifs de réverbération modernes

Le son de réverbération entendu sur les disques contemporains est presque toujours généré numériquement. L'année 1978 représente un tournant approximatif entre le son de studio «rétro» et le son de studio «moderne», et l'une des raisons (à côté de l'enregistrement numérique lui-même) est l'avènement de la réverbération numérique à cette époque.

Lexicon 480L

La plupart des réverbérations numériques sont générées en combinant de très nombreux retards distincts d'une manière qui dépasse tout simplement le domaine de l'électronique analogique. L'objectif initial était de créer des émulations convaincantes de réverbération à hall naturel, et les premières unités numériques ont certainement beaucoup plus de succès à cet égard que les unités de réverbération à plaque existantes. La Lexicon 480L est une référence depuis quinze ans et la réverbération numérique est rapidement devenue la norme dans tous les studios, à l'exception des plus élémentaires. Ces dernières années, toutefois, des techniques plus sophistiquées de modélisation des caractéristiques de réverbération d'espaces réels ont encore renforcé la norme et le son relativement dur de la première réverbération numérique a lui-même acquis un peu le statut «rétro» de la réverbération à plaque ou à ressort!

La technologie de la révolution du traitement numérique a trouvé sa place dans trois types principaux de solutions de réverbération :

Rack 19 pouces

TC Electronic M3000 19 "double moteur-Prozessor

La Lexicon 480L coûtait à l'origine plus cher que la plupart des voitures, mais l'une des règles de base de la technologie moderne est que le traitement devient de moins en moins cher. Au début des années 90, la réverbération numérique était à la portée des studios de projets basés à la maison, généralement sous la forme de processeurs FX 19 pouces à montage en rack.

Pédale d'effet

Les guitaristes ont rapidement voulu utiliser une réverbération numérique de qualité studio sur scène. Le son de guitare caractéristique « big hair » des années 80 est en grande partie un produit de la réverbération numérique - un son très différent de la réverbération à ressort. La réverbération numérique destinée au grand public est arrivée sous la forme de pédales compactes telles que BOSS, Digitech, TC Electronic, Electro-Harmonix…

Les pédales restent au coeur de la configuration live de la plupart des guitaristes. De nos jours, les pédales et les unités de rack offrent généralement des émulations de sons de réverbération à ressort et à plaque classiques, ainsi que le son « Hall » qui est devenu si important pour la guitare rock des années 80.

Aujourd'hui, une pédale de réverbération complète bien un ampli guitare livré avec ou sans réverbe.

Plug-ins

Comme la plupart des aspects de la technologie musicale et de l'enregistrement, la réverbération numérique a échappé aux limites du matériel dédié. À la fin des années 90, la plupart des studios d'enregistrement commerciaux utilisaient du matériel d'enregistrement dédié, alors que l'enregistrement sur logiciel constituait un nouveau phénomène intéressant.
Aujourd'hui, cette situation s'est presque complètement inversée. Les dernières avancées en matière de musique et de technologie d'enregistrement se traduisent généralement par de nouveaux logiciels, même s'ils se retrouvent plus tard dans le matériel. La réverbération n'échappe pas à cette règle : la technologie de « convolution » a apporté une nouvelle génération de réverbérations logicielles qui « échantillonnent » réellement les espaces acoustiques réels, offrant un réalisme époustouflant.

Paramètres

Que ce soit sous forme matérielle ou logicielle, les solutions de réverbération numérique ont tendance à partager un ensemble de contrôles de base, même si tous ne sont pas pris en compte dans le cas d'une émulation matérielle classique :

Type de mode / type de réverbération

Cette commande permet de choisir entre divers programmes de base pouvant inclure une variété de simulations de réverbération naturelle et des dispositifs de réverbération classiques. Ceux-ci peuvent inclure:

Room

Conçu pour émuler le son d'un espace de taille petite à moyenne. La réverbération d'une pièce est généralement incolore et fonctionne en ajoutant un sens important de profondeur, sans que l'auditeur soit nécessairement conscient de la présence de la réverbération.

Hall

C'est ici qu'entre en jeu le sens d'un grand espace et que l'auditeur est bien conscient qu'il y a de la réverbération dans le mixage. La réverbération Hall doit généralement être utilisée pour les instruments individuels plutôt que pour un mixage complet, en veillant particulièrement à ne pas submerger toute la production en réverbération (voir la section «Commande de mixage» ci-dessous).

Eglise

Cela ressemble essentiellement à une très longue réverbération de hall, bien que les églises se caractérisent généralement par un son plutôt triple ou «froid», car presque toutes les surfaces réfléchissantes sont en pierre. Comme la réverbération de hall, cet effet peut facilement être surutilisé, mais a une place musicale et peut également transformer presque n'importe quel son de percussion en un effet sonore. Tournez la commande de mixage à 100%, et une seule grosse caisse peut sonner comme une porte d'enfer claquée. Ce qui est sympa.

Ressort ou plaque

Ces programmes sont conçus pour émuler les unités de réverbération à ressorts ou à plaques vintage plutôt que la réverbération naturelle.

Réverbération à déclenchement

Cette technique est devenue particulièrement populaire dans la production pop des années 80 (pensez au son de batterie de Phil Collins "In The Air Tonight"). En studio, la réverbération doit généralement être combinée avec le signal non traité du mixeur (ou de nos jours l'écran de mixage) plutôt qu'avec l'unité de réverbération. Cela permet une flexibilité maximale - le signal de retour peut être compressé, synchronisé, corrigé ou soumis à tout autre effet disponible.

Le déclenchement permet d'utiliser de grandes réverbérations pour un effet sonique sans noyer complètement le mix et fonctionne très bien avec les sons de percussion tels que la caisse claire - l'effet de réverbération ajoute de la profondeur (et de la longueur) au son de base, mais le gate coupe la réverbération une fois s'est dégradé en dessous d'un niveau donné, laissant de la place pour d'autres éléments du mélange. Pour plus de commodité et d'utilisation en direct, la réverbération à déclenchement est souvent incluse en tant qu'effet prédéfini dans les effets multiples et les pédales.

Niveau de mixage / effet

Ceci contrôle la balance entre le signal non traité et la réverbération elle-même. Ajuster ce paramètre équivaut en gros à déplacer la position d'écoute (ou du microphone) de très près de la source à l'arrière de la salle - des réglages de mixage proches de 100% «humide» représentent en fait un équilibre qui se produirait rarement de façon naturelle.

Temps de réverbération / Decay

Cela permet de contrôler manuellement le temps de réverbération ou la vitesse à laquelle le son de réverbération se désintègre, et fonctionne généralement dans le contexte du programme de base sélectionné. En d'autres termes, le réglage de cette commande sur «max» donnera un temps de réverbération beaucoup plus long lorsqu'il est utilisé avec un programme de réverbération cathédrale par rapport à une réverbération de salle.

Pré-retard

Ce paramètre n'est pas toujours disponible car il est souvent intégré aux paramètres de base du programme de réverbération. Le pré-délai détermine la durée avant que tout signal de réverbération ne soit entendu. Ceci est important pour le réalisme - dans presque toutes les positions d'écoute dans des lieux réels, le son direct ou sec parvient à l'auditeur avant tout son réfléchi.

Applications de guitare

De nombreux types de son de guitare peuvent bénéficier de l'ajout de la réverbération.

Enrichir le son

Un son clair ordinaire peut parfois être un peu sans intérêt et une pincée de réverb aide souvent. Ce n'est pas un hasard si l'unité de réverbération à ressort a été l'un des premiers effets de guitare inventés.
La plupart des combos de guitares utilisent encore la reverb à ressorts, mais l'émulation offerte par de nombreuses pédales et racks d'effets peut offrir une plus grande flexibilité, permettant de basculer facilement vers d'autres types de réverbération pour différents sons.

Placement de l'effet

Dans une simple boucle d'effet, la réverbération doit presque toujours être placée en dernier dans la chaîne. Expérimenter avec d'autres positions peut parfois donner des résultats intéressants, mais soyez prêt à affronter des bruits désagréables tout au long du parcours, par exemple si vous placez la réverbération avant la distorsion.

Dans des configurations plus complexes, le signal de réverbération traité peut être synchronisé ou compressé avant d'être renvoyé dans la boucle d'effet.

Conclusion

La réverbération est un ingrédient essentiel de presque toute la musique pop et rock. Comme la réverbération à ressort est presque toujours présente sur les amplis guitare, de nombreux guitaristes négligent les possibilités des autres types, mais il n'y a aucune autre raison de se refuser ce luxe. Les réverbérations numériques de haute qualité sont maintenant disponibles à des prix très modiques, sous de nombreuses formes, des pédales aux plug-ins. Que vous soyez guitariste, producteur de danse ou ingénieur classique, continuez, osez aujourd'hui !